Courage, Fuyons Facebook

3

En revenant d’un bon tennis avec mon ami de 20 ans Nicolas hier matin nous discutions de sa prise de fonction à la Direction Marketing d’un groupe gérant de nombreuses marques connues du grand public.

Nicolas est certainement la personne la plus adaptée à cette fonction, et je ne dis pas cela parce qu’il est un ami, son expérience et son parcours parlent pour lui, je vous demande de me faire confiance bien que je cache son identité ici.

Nicolas n’est pas sur Facebook. Nicolas ne va jamais sur Facebook. Nicolas n’est pas sur Twitter, il ne va jamais sur Twitter. Nicolas n’a pas de compte Google plus. Je pense que vous avez compris. Mais ses marques… n’y sont pas non plus.

Peut-on se passer des réseaux sociaux pour une marque grand public ?

Que Nicolas ne soit pas présent sur ces médias est une chose, son choix. Mais que les marques dont il a la responsabilité de la stratégie marketing ne soient pas sur Facebook et n’en utilise pas les leviers en est une autre. On ne parle pas ici de petites marques. Des vraies connues de chacun.

Dans le cas de ces marques ce n’est plus un choix d’utilisation personnel, c’est une absence. La question qui se posa vite dans notre discussion est de savoir si, finalement… Peut-on vraiment se passer de Facebook ?

Ce que j’ai tenu à lui souligner dans les 15 minutes qu’ont duré notre conversation :

  • Il vaut mieux être absent des réseaux sociaux que d’y avoir une présence inadaptée/néfaste
  • Les agence pure players “médias sociaux” ont forcément un avis biaisé par leur activité
  • Ceux qui vendent des prestations “médias sociaux” ont surtout un intérêt pour l’évangélisation et la formation des collaborateurs d’une entreprise

Ma réponse, en quelque sorte, étaient plutôt OUI.

Les internautes délaissent Facebook, que les marques utilisent mal

Dans le même temps, plusieurs lectures ont retenu mon attention récemment, elles pointeraient queques faiblesses identifiées chez Facebook, le symbole ultime des réseaux sociaux. Retrouvez les articles en bas de ce billet.

  1. Sur Adage, on apprend que la participation des fans sur les pages des plus grandes marques a baissé de 22%. C’est une tendance lourde.
  2. Chez Gregory, son partage de l”étude GlobalWebIndex est passionnant, on découvre notamment que l’utilisation de Facebook BAISSE dans les pays anglophones jadis leaders.
  3. Toujours dans cette étude, on observe des différences majeures d’utilisation entre les pays.
  4. Un article du Figaro économie nous montre une certaine lassitude des utilisateurs de facebook, qui atteint 31% des internautes les plusjeunes !

Courage, fuyons facebook !

Si l’on en croit ces indices, on pourrait même jusqu’à conseiller à Nicolas de s’abstenir totalement de Facebook pour ses marques. C’est à mon avis une erreur, en tout cas ce serait lui donner un avis bien peu éclairé. Et je vous garantis que je n’ai aucun intérêt dans ces services, mon métier c’est le chocolat :)

Le courage n’est pas de fuir facebook, il est de le comprendre et de l’utiliser pour ce qu’il est. Un média puissant, qui a ses codes, ses contraintes et ses bonnes pratiques… adaptées à chaque situation.

Finalement ma première proposition à Nicolas a été de lui montrer par l’exemple, de le former s’il le souhaite à ce réseau. Ne serait-ce que pour comprendre, pour que l’absence de ses marques ne soit plus subie, mais choisie. S’il confirme ce choix bien sûr, ce que je pense qu’il ne fera pas.

Quelques bonnes pratiques

Car ces billets ou articles nous donnent malgré tout quelques informations essentielles, livrées ici en vrac :

  • Pour les 16/24 le web et plus spécifiquement les médias sociaux sont la première source d’informations
  • Les stratégies locales d’utilisation de facebook donnent des résultats remarquables, les utilisateurs d’Amérique du sud ne sont pas les mêmes qu’en Europe…
  • La cohérence des campagnes et l’adaptation aux nouveaux médias et formats est la clé de la réussite
  • Créer un contenu de marque est une condition de la performance sur les réseaux sociaux. Seul le contenu (de qualité) permet les interactions.

Qu’en pensez vous ? Doit-on fuir facebook pour une marque grand public ? Et quelle serait le meilleur article que je pourrais partager à Nicolas pour le former aux médias sociaux ?

Les commentaires sont là pour vous.

Webographie

Related Posts with Thumbnails
Share.

About Author

This blog is my home on the web where I share some thoughts and interests. / I also have a Photo Blog here / Find me on Facebook / Follow @naro on Twitter