Le Nouveau Nouveau Facebook

0

Pas plus tard que ce midi, j’expliquais pourquoi je voulais réaliser moins de billets présentés comme des dossiers de fond sur un sujet. J’ai beaucoup aimé m’adresser à vous avec une petite voix bien personnelle, et je compte bien recommencer.

Mais je suis assez à l’aise avec les contradictions, y compris les miennes. Et facebook faisant partie de ma vie, tant comme sujet d’étude que dans mes usages quotidiens, il me semble que je peux apporter une petite pierre à cet édifice monumental construit en moins d’une semaine : les commentaires sur le nouveau nouveau facebook.

Car depuis quelques jours, je dois constater qu’autour de moi, tout le monde parle du nouveau facebook. Les commentaires ne sont pas que sur les blogs. Dans ma famille, avec mes amis, chez mes collègues.

Petit rappel des faits

Reprenons depuis le début. Pour les internautes qui auraient bouffé trop de All Blacks, facebook aurait presque tout changé ou fait évoluer de son service :

  • La Timeline présente votre profil sous la forme d’un lifestream nouvelle génération
  • Cette timeline peut être complétée de l’ensemble de vos événements personnels marquants, bien avant 2006
  • Il est maintenant possible de multiplier le type d’interaction, bien au delà du “like” : “read”, “watch”, “listen”…
  • Il est possible de s’inscrire aux publications de quelqu’un sans devenir son ami (hello Twitter, how are you ?)
  • Un flux continu de mises à jours ayant des signaux faibles apparait au dessus du chat, voici le Ticker
  • Sur la home, la mise en page et la sélection des contenus vous promet de se rendre intéressante quelque soit le moment et le nombre de fois où vous vous connectez
  • Facebook intègre vos activités sur d’autres services, dont les partenariats montrent la puissance du nouveau social graph – Spotify en est l’exemple type

J’aime assez, et vous ?

Comme à chaque fois, la nouvelle interface de Facebook attire son lot de mécontents qui ne se privent pas pour le faire savoir. Je ne sais pas de votre côté, mais il me semble que cette fois-ci les grincheux sont beaucoup moins nombreux.

A titre personnel je suis très enthousiaste, je dois constater que je passe encore plus de temps sur facebook, que j’adore aller voir ce qu’écoutent mes amis sur Spotify et que mes publications sont encore mieux mises en valeur.

Si je ne suis pas le seul, il serait assez vraisemblable d’annoncer que le temps sur facebook devrait encore augmenter, si cela était même possible.

Quelques conséquences pas anecdotiques

Parmi les nombreuses discussions du web je retiendrai quelques conséquences majeures :

  • Facebook se met au coeur de l’utilisation de services très populaires : Spotify, Hulu, et bientôt Ebay
  • Twitter, seul réseau social tenant la dragée médiatique au résogre de MarkZ, est attaqué de plein fouet. Ses différences semblent maintenant bien légères
  • les publications de facebook sont par défaut publiques. Tout le monde va savoir que vous écoutez JJ Goldman en loosedé au bureau
  • En récupérant une grande part de l’histoire personnelle des utilisateurs, il apparaîtra encore plus dur pour un concurrent potentiel d’attaquer Facebook sur ce qu’il fait de mieux : la data personnelle et confidentielle, Mister Social Graph.

Comment un publicitaire peut analyser ce lancement ?

Vous n’êtes pas sans savoir, amis pubards, que la publicité display est la principale source de croissance de la pub digitale cette année.

Et d’où vient cette croissance du display alors que le web avait cédé depuis quelques années aux sirènes du CPC, du CPA, du Re-Targeting ?

De facebook. Bien sûr. Evidemment.

Vous utilisez facebook ? Vous les voyez ces pubs qui apparaissent en fonction des pages, artistes ou sujets que vous avez “liké” ? Moi je les vois. Et même si le taux de clicks est le plus faible du web, la puissance du modèle n’est plus à démontrer. Ces pubs sont faites pour vous.

Pour un publicitaire, ce virage est celui qui permet à facebook de garder son avance. Les publicitaires sont heureux car ils utiliseront plus de données personnelles dans leur ciblage, sur le média qui est le plus puissant du web, Google étant positionné sur une audience beaucoup plus fragmentée avec un modèle publicitaire basé sur les centres d’intérêts instantanés. Facebook, c’est le cookie ultime.

Un peu de lecture, en anglais dans le texte

Les commentaires du web sont nombreux. J’arrive après la bataille, mais c’est aussi parce que j’aime lier vers les meilleurs billets, voici ma sélection :

Facebook a-t-il vraiment changé ?

Ces changements peuvent paraître majeurs à plusieurs égards. On observe tout de même qu’à part l’élargissement du social graphe en qualifiant la relation que nous avons aux contenus et médias (J’écoute, je regarde, j’aime, ou pas…) et une plus grand imbrication avec des services connus comme spotify, ces changements sont surtout cosmétiques.

On se gargarise des progrès de Mark Zuckerberg sur la présentation de la conférence F8, mais reconnaissons qu’il partait de très bas.

Et tout ceci représente-t-il un progrès majeur ?

Non.

Une extension, tout au plus. Une extension de la domination de facebook dans les relations-interpersonnelles du web. Une augmentation de la captation d’attention.

Vous trouverez plus d’onglets facebook ouverts en permanence sur les navigateurs. Mais ce n’est pas un lancement majeur, c’est une évolution logique. Et réussie.

c'est qui le patron ?

Related Posts with Thumbnails
Share.

About Author

This blog is my home on the web where I share some thoughts and interests. / I also have a Photo Blog here / Find me on Facebook / Follow @naro on Twitter