Facebook vs Twitter vs Google+ – Le Grand Match de l’Influence

7




L’influence est la capacité à inciter à l’action

La définition de l’influence est un serpent de mer, le genre de sujet qui prette à polémique. Et pourtant l’influence est une réalité. Je suis influencé tous les jours par les informations que je reçois, par les conseils que l’on me donne, par les rencontres, les lectures ou par les faits qui se présentent à moi et les réflexions que j’en tire.

Regardez la dernière journée ou semaine qui vient de se passer et posez-vous cette question : “qu’est-ce qui m’a influencé récemment ?”.

Quelle réflexion partagez vous avec vos proches, quelle anecdote trouvez-vous révélatrice sur votre métier ou votre centre d’intérêt ? Et maintenant demandez vous : quelle est la source initiale de cette réflexion ?

Cette petite introspection doit vous permettre de saisir ce qui est une évidence lorsque l’on parle d’influence : les informations que je consomme, et donc les médias auxquels je suis exposé sont des sources potentielles d’influence. Pas toutes, on est d’accord. Vas-y je sais que t’as regardé la Roue de la Fortune, mais peut-être que Dechavanne t’as inspiré pour devenir un meilleur présentateur, pour améliorer ta diction, ta manière de regarder dans les yeux sans lever le menton, des trucs comme ça. Bon j’espère surtout qu’en l’espèce vous avez passé un bon moment, qu’il vous a détendu.

Allez je ne recule devant aucun risque de paraitre sérieux, voici une définition de l’influence par le grand maître Brian Solis :

L’influence est la capacité à créer du désir ou la volonté de prendre des actions concrètes et mesurables

L’influence dépend du contenu et du contexte

Ce qu’un lecteur de blogs sur les médias qui prend la peine de lire au delà du titre et des 3 premières lignes doit comprendre d’essentiel : la popularité n’est pas l’influence, l’influence ce n’est pas le nombre de followers.

Nous connaissons tous des personnes qui sont influentes du fait de leur position ou de leurs actions, de leur enseignement ou de leur manière d’appréhender le monde.

En matière de contenu sur le web, le raccourci entre la popularité et l’influence est très facile, cela constitue une erreur majeure. Le contenu d’un blog par exemple aura parfois dans ses gènes la volonté de vous faire agir, d’autres fois non. On est pas toujours en recherche d’influence. Et un aspect essentiel de l’influence est, comme notre petite introspection en introduction souhaitait vous le montrer, une affaire de contexte.

L’influence dépend du média auquel nous sommes exposé, et les médias sociaux ont une part prépondérante et grandissante dans la découverte de contenu. Facebook, Twitter et Google+ n’ont pas les mêmes caractéristiques, ils n’ont donc pas le même potentiel… d’influence. On y est.

Facebook vs Twitter vs Google+ – Le grand match

J’ai eu l’outrecuidance de penser et même d’écrire en début d’année que Facebook et Twitter ne serait plus concurrencé dans la définition d’un graphe sociale. En quelques mois nos amis de Google ont pris un malin plaisir à descendre cette belle théorie. Et surtout à constituer une base de 40 millions d’inscrits à leur nouveau service qui a tout le potentiel pour devenir (enfin) le succès qu’attendait Google sur l’identification et la qualification de ses utilisateurs en leur proposant une expérience sociale.

L’objet ne sera pas ici d’analyser les stratégies de ces différents réseaux sociaux, mais bien d’essayer de dessiner les contours de ce qui permettra à un producteur de contenu (blogueur, facebookeur, twittos, plusseur ou simple influenceur sans média propriétaire) de se donner les meilleures conditions de l’influence.

Les réseaux sociaux face aux autres médias, c’est jeune et séduisant

Commençons par évaluer la consommation des réseaux sociaux par rapport aux autres médias d’information traditionnelle.

Disclaimer : mon article n’a pas vocation à apporter une démonstration scientifique mais à donner quelques clés de réflexions, les sources seront donc variées et sans terrain d’étude balisé ou rigoureux.

L’étude de Lightspeed Research que je vous présente est ici une étude US. Elle nous donne plusieurs enseignements majeurs :

  • 30% des 18-24 ans se tournent vers facebook au moins une fois par semaine comme source d’information. Ce chiffre atteint 12% pour Twitter.
  • Seuls 38% des 18-24 ans considèrent la télévision comme source principale d’information. C’est ici que se trouve l’information sismique de cette étude. Les jeunes populations se tournent de manière équivalente vers internet et des sites d’informations généralistes. Si l’on veut du catastrophisme on peut dire qu’on va avoir de plus en plus de “Roue de la Fortune” à la tv, et de moins en moins de “7 à 8″.
  • Facebook est une source d’information 2 fois plus importante que Twitter, alors que le nombre d’utilisateurs est plus de 10 fois supérieur. Mmh, intéressant. Mais nous reviendrons sur ce point plus tard.

Le trafic des réseaux sociaux. Facebook loin devant.

Ceci ne sera une surprise pour personne qui lit régulièrement ce blog (si ce n’est le cas vous pouvez vous abonner par email ici : Newsletter), Facebook domine largement les réseaux sociaux.

L’analyse la plus importante à effectuer sur le sujet est un simple constat que Facebook est une destination pour bien plus que simplement du partage de liens ou de l’information.

Complétons cette comparaison par une évaluation sur la France des trafics de Facebook, Twitter et Google+ par notre ami Google lui-même :

Adplanner Facebook Novembre 2011

Adplanner Twitter Novembre 2011

Il est amusant de constater qu’Adplanner ne donne aucune données sur Google+ faute de trafic suffisant, ce que Google Trends confirme également par ailleurs (cliquez ici pour accéder à la comparaison sur Google Trends).

Petite comparaison subjective

Nous l’avons vu en introduction la part de contexte est importante en matière d’influence. Il semble évident que les heures passées sur Farmville sur Facebook seront moins valorisées que la demi heure passée sur Twitter ou Google+ à découvrir des liens ou des profils pertinents par rapport à son métier.

De la même manière sur Facebook je ne considérerai pas avec équivalence une information partagée par ma môman ou par un collègue. Et c’est bien normal. Simplement on pourrait être amené à analyser quelques différences entre les 3 réseaux sociaux qui nous occupent du point de vue de l’influence.

Je me lance dans l’exercice, avec une méthode qui n’engage que moi, en donnant un avis subjectif. J’ai listé quelques caractéristiques des différents réseaux sociaux qui me paraissent pertinents pour la prise d’information, et j’ai attribué une note de 1 à 10 en fonction de la capacité d’influence que chacun de ces réseaux délivre.

Plus la noté est élevée, plus je trouve le média influent.

Je ne procéderai pas à une somme, je pense que vous saisissez mon propos. A titre personnel je suis bien plus influencé par Twitter. Si je trouve une bonne info sur facebook c’est par hasard, j’en attend surtout du divertissement. Enfin Google+ n’est pas encore une destination pour moi.


Quelques caractéristiques qui favorisent l’influence

Pour conclure je vous propose de lister quelques caractéristiques de ces différents réseaux qui favorisent selon moi l’influence que l’on peut y avoir. Vous comprendrez notamment pourquoi même si vous ne devriez pas attendre de trafic de Google+, vous devriez tout de même ajouter un bouton +1 sur votre site.

Twitter :

  • Il est possible de chercher l’information de manière simple et intuitive. Et de s’y abonner.
  • La publication massive et répétée ne pose aucun problème, chaque tweet possède intrinsèquement un signal faible.
  • Sauf rares exceptions, toutes les informations sont publiques.
  • L’accès et la publication en mobilité est très simple.

Facebook

  • Le réseau est monumental, c’est l’endroit où j’ai le plus de chances de trouver quelqu’un.
  • Il est préférable de publier au maximum 3 fois par jour. Facebook est donc idéal pour le partage des meilleures infos.
  • Les réactions sont facilités et encouragées. Les éléments engageants ou prêtant à discussion doivent y être principalement destinés.
  • Il est possible de bien connaître sa communauté, de mieux la qualifier.

Google+

  • Les contenus partagés et appréciés sur Google+ sont favorisés par le moteur de recherche leader.
  • Google+ est intégré aux autres services de Google, notamment ceux qui sont des éléments d’influence notable : Google Actualités et Google Reader.
  • Les informations sont publiques comme sur Twitter et les échanges sont aussi faciles que sur Facebook.

Et du coup je fais quoi ?

Vous êtes producteur de contenu ? Vous avez un blog ? Vous écrivez pour vous même ou pour les autres ? Pensez d’abord à votre contenu, c’est lui qui sera partagé.

Mais si vous deviez choisir une destination pour favoriser le contexte de découverte sur les réseaux sociaux, je privilégie Twitter, qui possède pour moi la plus grande capacité à l’influence du fait de ses caractéristiques. Ce qui ne vous empêche pas d’entretenir une présence sur Facebook ou Google+, voire certainement sur Linkedin ou Viadeo.

Webographie


Related Posts with Thumbnails
Share.

About Author

This blog is my home on the web where I share some thoughts and interests. / Find me on Facebook / Follow @naro on Twitter